Une case en moins

25 août 2012

Un gars ...qui a des tripes !

Deadshesaid50Titre  :  Dead, she said  (from the Monstrous collection)

Auteurs : Steve Niles/Bernie Wrightson

Editeur : IDW publishing

Date : 2011

Page/case :  case 1, p. 50 du recueil

La scène se déroule de nuit (dehors il pleut), dans la morgue Howard & Family, située en banlieue. Coogan, le détective de l'histoire, est couché sur la table d'opération.

Son ex, Veronica, docteur sur place, s'apprête à lui retirer tous ses organes, et à l'embaumer, ...rien que ça !

Le problème.. c'est que..Coogan n'est pas mort ! Il est bien conscient et c'est même lui qui a demandé cette intervention.

En effet, depuis ce matin, son réveil pénible et très douloureux lui a fait prendre conscience qu'il ne pouvait plus être réellement vivant : D'un trou énorme dans l'abdomen et au dos, il perd ses tripes, et il se décompose lentement. D'ailleurs la puanteur devient insupportable pour tout ceux qu'il croise, car après avoir négligemment bandé ses « blessures », il s'est mis en tête de retrouver son meurtrier présumé. Mais mis à part sa situation plus que hasardeuse et déjà improbable, il ne se doute pas encore vraiment de la suite incroyable à venir. (...)

Steve Niles a pondu là une histoire originale, mêlant récit de zombie moderne et fantastique débridé à la Poe ou Lovecraft, le tout dans un climat de polar digne des meilleurs Hammet. Mais le plus intéressant réside dans le fait qu'il a su se « plier » si l'on peut dire, encore une fois* au style de Berni Wrightson, le maître du macabre en bande dessinée. Car on ressent en effet tout autant les atmosphères si particulière des influences EC comics et Warren dans lesquels Wrightson a baigné dans ses travaux, dés l'aube des années 70.

D'où peut-être ce clin d'oeil, lors de cette scène où le docteur a finit de recoudre son patient : Dialogues : «Christ, je me sens comme Frankenstein»    - Frankenstein était le docteur, pas le monstre !     « Peu importe » !), qui rappelle les grandes heures de notre dessinateur (cf. ses superbes et classiques illustrations pour la réédion du Frankenstein de Mary Shelley. (Albin michel, 1981 en France)

themonstrouscollection-a04ff ...Le reste de l'histoire pourra amener plein d'autres images de films de séries B ou Z, (SF, insectes géants, zombies..etc.), car la culture de ces deux accolytes ne fait aucun doute. On nage en plein délire.

Et si le dessin en noir et blanc de mister Wrightson, mis en valeur dans un très grand format luxueux n'a pas la classe et la précision de ses grandes années, puisque la maladie a malheureusement réduit sa précision depuis, on savourera néanmoins avec un plaisir non feint ce récit au grand suspens, et à la fin déjantée (et pleine d'humour), écrit par le terriblement efficace Steve Niles.

...De la gelée royale !?

(*) Steve Niles et Bernie Wrightson avaient déjà travaillé ensemble sur une série de qualité qui avait vu le grand come back de Wrightson après des années d'absence : City of others. (voir le Bernie's blog)

Ps : Il existe UNE belle chronique digne de ce nom de la Monstrous collection en français sur le web, et c'est Mathieu Doublet, sur Oniriquecomics qui l'a réalisée en Juin dernier.
Je vous invite à lire celle-ci, et à visiter le blog de Mathieu, consacré aux comics de qualité :
http://onirique.free.fr/spip/spip.php?article1190

Posté par hectorvadair2 à 20:18 - Une case en moins - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire