Une case en moins

12 août 2012

Les idées noires de Midam

Titre  :  Game overgame over

L'auteur : MIDAM

l'Editeur : Dupuis/revue Spirou

La date : n° 13877, 2012

 La page/la case :  case 8 et 9, p. 51 de la revue

Le contexte :

Lorsque Midam, auteur belge né en 1963, créé en 1996 dans la revue Spirou le personnage passionné par les jeux vidéos : Kid paddle, il a déjà eu un coup de génie. Cette série redonne une belle vitalité à la rubrique du magazine, et devient rapidement un succès.
Huit album après, l'idée évolue et bien que la série principale continue, il décide d'aller plus loin en faisant intervenir l'avatar de son héros dans son univers de jeu. La série Game over est née.

Ce petit bonhomme barbare au casque de Franc cabossé erre dans les dédales d'un jeux où, seulement armé de son épée, (ou d'autres objets qui traînent là), il cherche à éviter/tuer les Blorks, monstres gluants et méchants, afin de trouver une issue heureuse, et éventuellement à sauver l'avatar de sa copine, une frèle princesse vétue de rose.

En une planche très dynamique, la plupart du temps muette, Midam étonne par son inventivité.
Tout est prétexte à un humour très noir, voire sadique. Mais plein de compassion néamoins pour ses personnages, qui nous sont présentés au fond avec beaucoup de tendresse. Et puis.. on sait que l'on est de toute façon dans un univers fictif.

A la fin de chaque planche l'auteur signe, non de son patronyme, mais du nom de la série, en utilisant très souvent un "truc" afin de reproduire l'ambiance du gag du jour de manière graphique.
Un "Game over" qui se dégonfle ici, un autre qui s'enfuit, un qui pend à un arbre, un qui est écrasé et saigne...etc.

Cela rappellera aux plus anciens ou amateurs de bande dessinée franco belge le grand Franquin, (1924-1997) qui avait eu pour coutume dés le gag 644 de sa série Gaston en 1970 de signer au bas de sa page en reprenant le gag de sa planche.
On se reportera utilement au livre spécifique paru en 2005 chez Marsu production, analysant chacune de ses signatures.

couvVoir : http://www.franquin.com


Cecit dit, en 1977, Franquin quelque peu déprimé attaque sa période "noire". Il créé les fameuses Idées noires, gags d'une planche ou un ou deux strips, au style semi réaliste, en noir et blanc mettant en scène des malheureux en proie aux affres de la vie.
Bourrés d'inventivité, ces strips destinés plutôt aux publics adultes, trés nerveux et graphiquement percutants feront l'objet de deux albums en 1981 et 1984. On a là l'aspect gag en une planche, à l'humour noir...

Si on ajoute le fait que Midam est né dans la même commune que son ainé : Etterbeek,...on peut au final et sans arrière pensée affirmer que celui-ci rend un parfait hommage au papa de Gaston, chaque semaine, dans son "Game over".

Fin de partie !


Posté par hectorvadair2 à 19:20 - Une case en moins - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Same player shoots again

    Hector, t'as l'œil à tout ! Merci, parce que des quinquas ne vont pas spontanément se ruer sur Spirou. Deux cases à envoyer aux "féministes essentialistes" (mais elles n'ont pas d'humour), avec le dernier clip des Pussy Riot

    Posté par bodu, 19 août 2012 à 21:50
  • Merci Bodu.
    mais rassure toi, Midam explose aussi son petit bonhomme à l'occasion. Donc, on est sauvé, les femmes sont l'égal de l'homme au niveau destruction de cervelle !... Euh.. quant aux Pussy riot, j'ai connu aussi des punk espagnols dont le label s'appelait "Thunder pussy". Ca valait pas mieux en termes de provoc, mais c'était aussi rigolo. Glup.

    Posté par hectorvadair, 26 août 2012 à 11:43

Poster un commentaire