Une case en moins

10 février 2013

Life eaters, le jour du désastre : David Brin magnifié par Scott Hampton

thor life eaters

Titre : DDay, les mangeurs de vie

Auteur : David Brin/ Scott Hampton

Editeur : Wildstorm/Humanoides associés 

Date : 2004

Page/case :  case 1, p. 25

Scott Hampton est rare dans la bande dessinée européenne, et ses peintures de toute beauté rehaussent généralement de superbes histoires.* Son "Batman, cris dans la nuit" est un chef-d'oeuvre, tout comme les épisodes dessinés par lui dans la série Hellraiser, et chacune de ses apparitions me réjouissent.

Ce DDay, écrit par David Brin, auteur de science-fiction scientifique de nombreuses fois récompensé, a originellement paru en 1986 sous forme de nouvelle dans une revue avec le titre "Thor Meets Captain America". (En Fance : l'Amérique n'a pas Thor"), avant d'être adapté sous forme de comics pour Scott Hampton en 2003 chez Wildstorm : "Life eaters".

http://en.wikipedia.org/wiki/Thor_Meets_Captain_America

Il s'agit d'une uchronie, qui imagine la situation mondiale dans un futur relativement proche, (Novembre 1962) où l'allemagne nazie aurait gagnée la seconde guerre mondiale, à l'aide de dieux nordiques, les Ases. On apprendra au fil du récit que le projet d'extermination en masse du peuple juif (entre autre) n'était en réalité que le moyen de sacrifier à ces dieux affamés, pour s'asssurer leur soutien.

Le récit s'ouvre au présent, dans des ruines. On fait connaissance de manière assez théatrale et littéraire, avec Chris Turing, capitaine de l'armée américaine, un grand jeune homme aux cheveux blonds, qui va nous raconter comment il a essayé avec une troupe d'autres GI d'infiltrer et détruire les lignes ennemis entre la Suède et la Finlande, grâce à l'aide d'un dieu renegat : Loki, et leur armada de sous marins. Le flash-back commence donc.

Les dialogues dynamiques habituels de bande dessinée alternent avec de long textes tirés de la nouvelle de David Brin au milieu des magnifiques planches du dessinateur. Mais si certains lecteurs peuvent être choqués ou découragés, cela permet evidemment de rentrer davantage dans l'histoire, ces textes mèlant voix-off et explicatons.

DdayLeJourDuDesastre

Trois chapitres divisent le grand album cartonné français de 130 pages : "La nuit des révélations";"Les météorologues";"Sacrifice".

Si l'on est tout d'abord destabilisé par le contexte, les idées saugrenues du scénario... ces sentiments sont vite eclipsés par la grande poésie de l'oeuvre, qui nous entraine au délà de toute résistance. Lorsque les chapitres se referment ou s'ouvrent, on a aussi du mal à comprendre si chacun s'enchaine avec les mêmes personnages, et s'ils sont indépendants.  Mais il s'agit juste d'une manière de créer encore davantage de suspens. N'oublions pas l'origine de nouvelle du comics.

Jusqu'au bout, on est fasciné par le déroulement du scénario, sa trame oscillant entre fantastique, féérie et science-fiction, et les nombreux personnages en présence. La psychologie de Chris évolue à ce titre de façon tellement intense que l'on s'identifie fortement à lui.  Les décors nombreux : océans, jungle, grottes, espace, forêts,...participent aussi à une lecture sans cesse aiguisée.

La case choisie, intervenant lors du débarquement des alliés en début de récit, détaille l'embuscade violente à laquelle ceux-ci doivent faire face. Le marteau de Thor les décime. Elle est d'une rare violence, et est amenée de façon aussi inattendue que si nous étions sur le terrain avec les soldats, surpris pas cette apparition. Une grande force de frappe" pourrait-on dire, de la part de Scott Hampton.

En conclusion, ce bel album à la couverture trompeuse, (non ce n'est pas un enième comics de baston mélant vikings et nazillons), est à placer aux côtés des plus beaux et intéressants comics des années 2000. 

 

(*) Tout comme son compère John Bolton, souvent sur de belles histoires. On y reviendra pour l'"ancien" et jamais traduit : "Gifts of the night".

 A voir/lire : la superbe chronique (très illustrée, mais en anglais) de : tradereadingorder.com   

Posté par hectorvadair2 à 20:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    A dévorer ! un peu rapide sur certaines phases mais c'est aussi le style. un grand bravo aux scénaristes. Lire de la BD comme celle là, c'est bon !
    merci

    Posté par Armel, 04 octobre 2013 à 00:54
  • Merci Armel pour ton passe sur 1caseenmoins
    C'est vrai que c'est... bon.

    Posté par hectorvadair, 04 octobre 2013 à 19:19

Poster un commentaire