Une case en moins

10 février 2014

A l'aube de la liberté : un quart de siècle déjà !

A l’aube de la libertéAl'aubedelaliberté
Dargaud Sept 1989
Collectif

1989 a rendu de nombreux hommages à la révolution française : expositions, spectacles, études, rééditions.. etc.
Les années 80 ont été aussi friandes d’albums BD commémoratifs ou hommage, et ce avant que le documentaire en BD ne se généralise.
On se souviendra des Cheminots, des Histoires de Pirates, de l’histoire des pompiers, (les héros de l’impossible), l’Aventure olympique, des chansons de Renaud, hommage à Gaston (Baston Labaffe), A ma Mer, …pour n’en citer que quelques uns. *
« A l’aube de la liberté » aborde cette commémoration d’une manière peu commune :


Après  3 pages d’introduction de Michel Henry, « La liberté quand même », resituant de manière assez juste mais personnelle le contexte et les conséquences de cette période troublée, « carte blanche » est donnée ensuite à 6 dessinateurs, accompagnés ou pas de collègues scénaristes.
Carte blanche, car même si rien ne stipule si des contraintes spécifiques ont été données à ces auteurs, (à part le titre, contrainte en soit), la liberté et l’originalité de leurs récits offre au final un drôle de regard sur cette période.

Dés la couverture, le ton est d’ailleurs donné par Bilal : Louis XVI se coupe en se rasant, dans le cou, et son étonnement agît comme un trait d’humour  assez osé. Le geste, prémonitoire, est confirmé par la présence d’une mini guillotine sur le bord de son évier.


Michel Blanc-Dumont, aidé par Laurence Harlé, raconte : « La grande terreur ».
8 pages au ton plutôt humoristique, nous contant un épisode de panique dans le Vicomté de Turenne, le 19 Juillet 17889
… Une belle dénonciation de phénomène de la rumeur, qui enfle, et de la peur qui fait perdre les pédales.


La révolution de Marguerite (Baudoin) 8p.

Baudoin, avec son ton habituel très poétique nous montre les amours impossibles entre une jeune paysanne et le jeune Antoine de Sarzit, fils d’un conte d’une ancienne famille provençale. Il est question de naissance aisée ou pas, de droits dont celui de cuissage, et des conséquences que ceux-ci peuvent avoir.. surtout en période de révolution. La morale est sauve, la fin heureuse.. quoi qu’on ne sait ce qu’il advint ensuite de la demoiselle…

Le 8eme prisonnier Andréas 8p.

Il ne fallait sans doute pas s’attendre à un récit très classique de la part d’un maître du fantastique.
Et ce récit n’échappe pas à l’étrangeté. Le prisonnier Léon Patrier est enfermé à la bastille alors que le peuple l’assiège. Un boulet défonce l’accès à la sortie, et il se trouve malheureusement coincé. Se développe alors un parallèle entre des images noires et blanche en haut de planche; montrant l’idéal de la révolution, et en couleurs dessous la réalité de ceux qui sont et resterons pauvres et enfermés. Au final, lorsque Léon arrive à sortir, Napoléon est là.
Les méandres que Léon a traversé, et les cadavres qu’il a croisé imagent sans doute le sang qu’il a fallu verser pour en arriver là. Très ironique donc.


La grande invention du professeur Calan, Pellejero/Zentner  8p.

Les deux auteurs hispaniques sont da    vannage dans la comédie, et nous proposent un voyage da    ns le temps. En 1925… grâce à l’invention du professeur calant, Juliette son assistante va pouvoir retourner en 1793, le 13 Juillet, et empêcher Charlotte Corday d’assassiner Marat. Mais quelque chose ne tourne pas rond.. et la machine s’emballe… Un bol d’air sympathique au milieu des autre scandes plus sérieuses.

A cent lieues  Cava et de La fuente   8p.

Juliette Chalon est une jeune  lavandière, qui a participé avec son mari (Bruont ?) et d ‘autres à la révolution et à soutenu Robespierre. Mais la convention cherche d’autres têtes à guillotiner… Celle-ci se cache donc sous un faux nom, « à cent lieues », et cherche à quitter la France. Mais elle va dabord tenter de récupérer un portrait de St Just…
Finement amené et tourné, cette bande respire l’hommage à ceux qui ont cru aux mauvais joueurs, au mauvais moment Ou plutôt ceux qui ont perdu. Mais on ne renie pas ses croyances pour si peu…


Bis repetita  Prado   8p.
Michelanxedo Prado nous entraine dans un récit de science-fiction.
Nous sommes en 2300 et un jeune homme, Roland « Danton » Owen a  été l’un des principaux détonateur du Grand soulèvement de 2289, lors du cinquantième anniversaire de la révolution.  Mais depuis 2277 ont aussi commencé en secret les premières implantations de souvenirs.
Roland, actuellement incarcéré, et qui croyait dur comme fer revivre les évènements historique, vient d’apprendre que tout ses souvenirs ont été implantés. Il décide donc de se suicider, afin de ne pas faire « Bis repetita ».

Une manière de dire que tout peut recommencer, si les situations sont similaires, et que même si certains éléments peuvent changer en cours de route, les grands mouvements suivront leur chemin. L’Empire revient aussi, comme autrefois.

Au final, un album à redécouvrir (trouvable facilement en occasion), qui diffuse un charme certain, même 1 quart de siècle après.


(*) On pourra en trouver une grande partie ici, même si la liste n’est pas exhaustive :
http://www.bdtheque.com/search.php?cboThemes=56&chkDetails=on&hidetop=1

Posté par hectorvadair2 à 14:40 - Hommage - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire