Une case en moins

07 juin 2010

"L'Introuvable" : De vernieuwing komt uit Saint Etienne ?

Titre : L'introuvable tome 1, et  Faussaires (t2)introuvablep14
(Série l'Introuvable)  

Les auteurs : Alep et Deloupy

l'Editeur : Jarjille 

La date : 2006-2010

La page/la case :  case 3 p. 14 de l'Introuvable

Il pourra paraître un peu étrange de proposer un focus sur une série dont le premier tome a paru en 2006, mais force est de constater que même si celle-ci a connu un bon succès de librairie (déjà 2 tirages, mais est-ce suffisant lorsque l'on n'est pas mis en avant par un marketing effréné ?), les chroniques sur le web à son sujet ne sont pas flores.

Introuvable"L'Introuvable" est le premier tome d'une série créée par Alep (Michel Jaquet) et Deloupy (Serge Prudhomme), de la maison d'édition associative Jarjille, basée à Saint Etienne. Publication indépendante donc.
Son titre faite référence à une librairie spécialisée Bd imaginaire (1) fondée en 1971 dans la ville minière, à partir de laquelle trois personnages principaux vont mener des enquêtes qui les confronteront au "milieu" extraordinaire des collectionneurs de BD :
Lucia (la "Marquise"), gérante de la boutique, Max, l'employé et ami qui "alimente" la librairie de raretés lors de voyages en camionnette dans toute la France, et Samuel, leur copain dessinateur.

Un classisisme revendiqué

Déjà en 2004, Jarjille avait visé juste en proposant un premier bouquin oblong intitulé "Comixland", où le thème de la collection était abordé de manière frontale.
Il ne s'agissait pas à proprement parler d'une bande dessinée, mais plutôt de l'hommage dessiné et mis en scénettes d'un collectionneur à l'attention d'autres collectionneurs.
Le ton à la fois réaliste (situations vécues ou connues) et humoristiques/sarcastiques avait participé à un premier mini succès mérité.
"L'Introuvable" continue d'abonder dans ce sens mais de manière beaucoup plus fine, en utilisant la trame oh combien classique chère à de nombreux collectionneurs et amateurs Bd : l'aventure et l'enquête policière. Replacées dans le milieu de la collection celles-ci sont encore meilleures.

Comment dans ce contexte particulier ne pas penser au "Secret de la Licorne" (Tintin, 1943) et à sa fameuse scène de brocante à Bruxelles, où Tintin déniche le fameux 3 mats; ou bien la boutique de fétiches de "L'Oreille cassée" (1937), ou encore le magasin de jouets du "Sceptre d'Ottokar" (1939)... Petit20eme3_1937
Hergé a souvent truffé ses aventures de clins d'oeils plus ou moins évidents au monde de l'enfance, de la collection, de la nostalgie. Mais de façon plus générale, la politique des maisons belges Casterman, Lombard, ou Dupuis, dans toute la magie qui opère avec ces recueils ou albums à dos toilés des années 50, ou dans les trames de la plupart des aventures de leurs héros les plus connus, procède de même.
Aussi, il est évident que des collectionneurs amateurs comme Alep et Deloupy ont gardé de profondes marques de cette culture.
C'est en cela que la trame de leur nouvelle série fait mouche, car reproduisant en 2010 tout le charme de ces récits classiques belges, et c'est pourquoi une précédente note sur l'autre (petite) collection Bn2 de l'éditeur, bien qu'un peu différente, s'intitulait déjà "La ligne claire stéphanoise". (2)

franquin_autoco1929> Lire ou (re) lire l'histoire du journal Spirou sur BDparadiso.

Un amour et un partage de son patrimoine

Mais ces remarques positives ne concernent pas uniquement l'aspect bibliophile de la série.
Car là où depuis de nombreuses années les séries classiques ont pu nous offrir (tout comme Hollywood pour le cinéma) des décors et allusions aux grandes villes BDphiles (cf. Tardi et Adèle Blanc Sec, ou Margerin et la série Germain, pour Paris; Peyo et  Benoit brisefer pour Liège, Chaland et Bob fish pour Bruxelles, ..etc..), le second mérite de "l'Introuvable" est de soumettre à ses lecteurs une découverte des quartiers et ruelles de Saint-Etienne, et de la région Rhône-Alpes Auvergne de manière plus générale.
IMG_0907
... A ceux qui ne connaissent pas cette ville minière, préfecture du département 42 (Loire), cette plongée réalisée par des autochtones pourra donner l'envie d'y venir. Pour les autres, elle se révèle comme un formidable bonus de lecture, où chacun s'amuse à reconnaître tels ou tels statue, place, ou autre élément de décor urbain ou rural. (On peut même suivre l'évolution des travaux d'un quartier en 2006 page 32 de "l'Introuvable", cf plus bas.)
Presque un travail d'office de tourisme.
(Le décor où dans "Les faussaires", page 21, nos deux personnages se rendent en auvergne à St Germain- Lembron est aussi cocasse, pour tout ceux qui ont déjà pris l'autoroute sinueuse et faussairesdénivelée menant à Clermont-Ferrand.)
Ci-dessus à gauche : la fameuse statue Jeanne D'arc, juste en face de la grande église, dans le très charmant vieux quartier, sur les hauteurs. Miroir de la case choisie.

(On pourra aussi discuter du "père" Taboulet, des cases parallèles, qui pourrait être une allusion à Jo Taboulet, amateur de Science-fiction bien connu sur le roannais (42), et créateur de l'association "La Motte du livre" de St Romain la Motte, où Alep, adhérent, a commencé un travail de pédagogie BD à l'époque où il habitait non loin.)

introuvablep32Bref, que ce soit le premier tome avec cette enquête qui nous mène sur les traces d'un auteur "méconnu" (inventé) de la période de la seconde guerre mondiale : Raug, et l'unique exemplaire d'un de ses livres rescapé... (thématiques de la rareté d'une oeuvre, résistance et collaboration sous l'occupation très finement menées), ou dans "Faussaires", le second, (Hergé aurait peut-être dessiné un album non répertorié  pendant son court séjour en France durant la guerre), Alep et Deloupy on réussi leur pari à 100% : nous faire attendre la suite !

...Pour les amateurs, c'est un symptôme connu plutôt agréable, non ? et qui augure d'un renouveau de la BD provinciale made in 42 !

(*1) Librairie néanmoins inspirée de "La Cigue", vraie librairie Stéphanoise

(2) Bien que l'on fasse plutôt référence ici aux écoles de Marcinelle et de Bruxelles, (Wallon), lire l'intéressant article de Pascal Lefèvre et Patrick Van Gompel sur la nouvelle BD flamande en 2003. (référence au titre de cette note et aux oeuvres de  Yves Chaland, qui a souvent utilisé ce dialecte en clin d'oeil à certains classiques.)

Posté par hectorvadair2 à 21:22 - Une case en moins - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Merci pour ce petit coup de pouce à une maison d'édition en devenir ...Je confirme, Le père Taboulet fait bien une apparition dans l'Introuvable, et "Raug" n'existe pas, c'est une pure invention d'Alep et moi !

    Posté par deloupy, 10 juin 2010 à 14:45
  • Merci.
    Oh, oui, "Raug" : Je me suis en effet mal exprimé. On croit effectivement qu'il a pu exister. Je corrige en mettant des guillements.

    Posté par hectorvadair, 11 juin 2010 à 20:45

Poster un commentaire