Une case en moins

07 décembre 2008

Jesus Joe

jesusjoe2L'album : Jesuit Joe

Série : Jesus Joe, Pilote n°75 

L'auteur : Pratt, Hugo

l'Editeur : Dargaud (1ere ed)

La date : Août 1980

 La page :  47 du journal

La case : 4

Le contexte :

Jesus Joe est entré pour la première fois dans les pages de Pilote, en Juillet 1980, dans le n° 74, page 46 pour en ressortir dans le n° 77. Il vient d'on ne sait où, et dans un décor de canada sauvage enneigé, il rentre dans une petite cabane. ...Il frappe : personne. Il entre, revêt la tunique rouge d'un officier de la police montée. Et là commence son "aventure". 
Car peut-on seulement parler d'aventure quand tous les faits et gestes de cet indien venu de nulle part dépassent toute logique cartésienne ? Allant d'un endroit à l'autre, comme un fou, tuant de nombreuses personnes sur son passage (sauf un bébé)... il ne respecte même pas la nature.
Dans cette planche, la quinzième, pré publiée dans le Pilote n°75, il passe tranquillement sous un arbre bordant la rivière qu'il descend en canoë, et soudain tire sur un couple d'oiseaux.
L'explication ? : il nous la donne dans cette case choisie aujourd'hui.

Jesus Joe (rebaptisé ensuite Jesuit Joe (ou Jesuite Joé) dans l'album paru en Octobre de la même année) est sans doute la bande dessinée la plus étrange et radicale de Hugo Pratt.

Par qui a t-il été influencé pour ce récit ? ...On nage entre ambiances contemplatives et violence de combats aux issues fatales. Comme un manga classique, mais se déroulant au Canada.
Vous pensez à Kurosawa ? Moi aussi.

La réédition chez Casterman ce mois de Décembre 2008, avec en bonus la suite couleur (inachevée, 17 p.) parue à l'origine en 1984 dans la revue Comic art (réédité dans Bodoi HS Hugo Pratt) est aussi accompagnée d'une interview de l'auteur. Peut-être répond t-ellel à la question ?

jesusjoeAnecdote : Jesus Joe a d'abord paru en noir et blanc dans le n° 74 de Pilote, puis idem dans le n°75. Mais dans l'édito de ce n° là, on peut lire :"Dans ce numéro, vous remarquerez qu'il y a moins de pages couleurs. A cause des prix de revient qui montent sans arrêt et de notre refus (noble, mais forcément...provisoire) de ne pas augmenter notre prix de vente. A la fin Juin, nous ferons les comptes et si, financièrement, c'est possible, nous rajouterons de la couleur à la rentrée. En attendant, fasse le ciel que vos vacances, elles n'en manquent pas !"   ...Un numéro plus tard, dans le 76 : huit pages en couleur de Jesus Joe !! Puis n. et bl. à nouveau dans le 77.

Puis l'album paru en couleurs.   ...Vous préférez quoi, vous ?

Posté par hectorvadair2 à 00:08 - Une case en moins - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

    Logiquement, la version en couleur, car c'est cela qu'Hugo Pratt avait conçu cette histoire. Il y utilise d'ailleurs peu l'effet du noir, et certaines pages en noir et blanc (pas celle que vous montrez) me paraissent un peu "nues".

    Sinon, c'est effectivement un étrange récit. Jesuite Joe me fait penser à Lew Wetzel, le tueur d'indiens de Wheeling. Je suppose que Pratt voulait faire un récit consacré seuelement à genre de personnage, mais je n'ai pas le sentiment que le résultat soit réussi. "Jesuite Joe" me parait totalement irréaliste, et Pratt n'y retrouve pas le souffle épique et romantique de "Whheeling".

    Posté par Raymond, 09 décembre 2008 à 10:35
  • Oui, c'est sûr que l'on peut peut s'interroger sur le réalisme de ce récit. Mais est-ce bien ce que l'on demande à la lecture de celui-ci ?
    Pour ma part, je suis porté par une espèce de divagation à la fois géographique et mentale, à traver bois et à travers l'esprit d'un homme dérangé.
    ...Ce qui est plutôt poétique je trouve.
    Par contre, comparer Jesus à Wetzel me semble intéresant dans la mesure où on pourrait se demander si là, Pratt de prend pas le parti du tueur de blancs. (!!?) Sauf que là où Wetzel ne tue que les indiens, Jesus tue tout le monde.
    Sa logique n'existe pas. On est dans une ode à la folie je pense.
    Et ça, c'est beau.
    Demain, un autre aspect de la folie, dans un récit moderne d'un grand auteur français. (Chuuut!)

    Posté par hectorvadair, 10 décembre 2008 à 18:13
  • J'aurai préféré en noir et blanc mais la version couleur est pas mal du tout.

    Posté par Li-An, 12 décembre 2008 à 22:19

Poster un commentaire